44 propositions du RN pour Saint-Nazaire, l’Estuaire et la Brière

Projet local du RN dans le second canton de Saint-Nazaire


Garantir la priorité aux nôtres d’abord

01 — Prioriser l’usage de l’argent public du Département pour ses habitants, notamment en cessant le financement d’associations ne concourant pas à l’intérêt général, comme SOS Méditerranée (500 000 euros en 2019), soutien de l’immigration clandestine avec nos impôts.

02 — Lutter contre la fraude au revenu de solidarité active (RSA), par une structure de surveillance ad hoc.

03 — Porter la contestation face à l’accueil de clandestins « mineurs isolés », qui coûte annuellement 40 millions d’euros au Département.

04 — Bloquer les lubbies de gauche, du type de celle la demande d’expérimentation d’un revenu de base attribué de façon automatique, car ce type de dispositif inciterait à l’assistanat.

05 — Aider au passage du permis de conduire pour les jeunes de 18 à 25 ans en grande précarité, moyennant des heures de bénévolat aux côtés de personnes âgées ou en situation de handicap.

06 — Supprimer les allocations familiales pour les familles de délinquants ou d’enfants n’étant pas assidus à l’école.

07 — Créer un droit départemental d’interpellation citoyenne — à la manière de ce que nous proposons déjà pour le conseil municipal de Saint-Nazaire — afin de mettre un sujet à l’ordre du jour d’une séance plénière du conseil départemental, si au moins 10 % des cantons en font la demande.

Préserver la sécurité de tous

08 — Garantir la sécurité dans les collèges gérés par le conseil départemental, avec la mise en place d’un système de vidéoprotection aux entrées des établissements, afin de lutter contre les trafics, notamment la drogue et le racket, qui menacent directement la sécurité des élèves.

09 — Inciter à la création d’un nouveau service public départemental de la donnée et de la sécurité des services numériques locaux.

10 — Intégrer au Schéma routier départemental un service minimum lors d’intempéries météorologiques extrêmes (neige, tempêtes, verglas…).

11 — Activer le dispositif d’aide à l’équipement des policiers municipaux et en vidéoprotection du conseil départemental, ce qui, dans le canton, permettrait de passer les effectifs de la Police municipale de Saint-Nazaire de 10 à 25, et le nombre de caméras à 100.

12 — Déployer un soutien opérationnel aux sapeurs-pompiers, et en recruter de nouveaux.

13 — Augmenter le budget consacré au développement, à la réfection et à la sécurisation du réseau routier départemental, avec une attention particulière donnée à l’échangeur des Six-croix, dans la commune de Donges.

Accompagner le grand âge et le handicap

14 — Favoriser les investissements de la collectivité dans une protection sociale au service des Français, par l’éducation de nos enfants, le bien-être de nos aînés et l’insertion des personnes en situation de handicap, développer un atelier départemental pour l’emploi des personnes.

15 — Soutenir les associations s’occupant du handicap (instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques, instituts médicoéducatifs, établissements et services d’aide par le travail…) d’un point de vue financier et aider à l’inclusion sociale, par la création d’évènements sportifs et culturels en partenariat entre ces établissements et le conseil départemental.

16 — Développer des infrastructures départementales au service du lien intergénérationnel, impliquant notamment lycéens et étudiants.

17 — Aider à la rénovation des logements, dans le sens d’une meilleure adaptabilité au handicap.

18 — Contribuer à une meilleure insertion des personnes sujettes aux troubles du spectre autistique — notamment les autistes dits « de haut niveau » — dans la Fonction publique territoriale du département.

19 — Réfléchir sur un projet de complémentaire santé à prix négocié par le Département.

20 — Créer une maison nazairienne des aidants, afin de mieux appuyer ceux qui participent au soutien du grand âge et du handicap.

Engager une politique localiste, pour un rééquilibrage territorial

21 — Maintenir les services publics départementaux et l’égalité territoriale, car certains quartiers nazairiens, de même que différentes communes de l’Estuaire et de Brière, souffrent entre autres d’une couverture médicale insuffisante, qu’il faut consolider.

22 — Défendre le département en tant que collectivité locale de proximité, en considérant que face à la métropole de Nantes, d’intercommunalités illisibles et la multiplication des agences de développement, il est une bonne échelle de décision, dont les prérogatives doivent être préservées.

23 — Intégrer une clause de localité dans l’attribution des marchés publics du conseil départemental, et permettre aux collectivités d’acheter directement auprès des producteurs du département pour la fourniture des cantines scolaires.

24 — Structurer, par le biais du Département, la filière circuits courts, pour être en capacité d’augmenter de manière significative la part de bio dans les lieux de restauration collective et scolaire gérés par le Département.

25 — Mettre en place des panneaux d’interprétation sur les axes de déplacements doux, circuits de randonnée pédestre ou cycliste, et organiser un bac pour cyclistes et piétons entre Saint-Brevin et Saint-Nazaire.

26 — Poursuivre la promotion du canal de Nantes à Brest, axe central des randonnées pédestres et cyclistes dans une démarche de développement durable.

27 — Revenir à la limitation de vitesse de 90 kilomètres par heure (au lieu de 80 actuellement) sur les routes départementales et passer à 110 kilomètres par heure sur l’axe Saint-Nazaire/ Nantes et Saint-Nazaire/Guérande.

28 — Engager le débat sur la suppression du radar tronçon sur le pont de Saint-Nazaire, et responsabiliser plutôt la population par des actions de préventions sur les conduites à risques.

Préserver notre santé, notre cadre de vie et notre environnement

29 — Exiger une plus grande traçabilité au sein des cantines scolaires et lieux de restaurations collectives, en refusant les produits d’origine animale provenant d’élevages industriels (batteries et fermes-usines), ainsi que ceux obtenus après abattage rituel sans étourdissement.

30 — Créer une « brigade verte » dont le rôle sera de constater les infractions et les atteintes à la propriété rurale, tout en luttant pour la défense de l’environnement

31 — Engager la création d’un label commercial de proximité « Produit en Brière », pour promouvoir les produits locaux, dont la langouille.

32 — Initier au conseil départemental un débat sur la prise en compte des chaumières de Brière en tant que bien culturel à préserver.

33 — Refuser le projet de schéma départemental de développement éolien proposé par les alliés de la majorité de gauche, et, plus généralement, demander un moratoire absolu et immédiat sur tout projet d’éolien terrestre ou maritime en Loire-Atlantique.

34 — Généraliser les audits énergétiques de l’ensemble des bâtiments publics propriétés du Département, et aider au financement de mises aux normes des bâtiments les plus énergivores.

35 — Créer des jardins familiaux, en mettant à disposition certaines terres du Département, en concertation avec les communes.

36 — Initier au conseil départemental le débat sur la potentialité d’un centre européen de la mer, implanté à Saint-Nazaire, en partenariat avec le grand port maritime et l’Université Gavy.

Défendre nos identités locales et notre patrimoine historique

37 — Préserver l’usine élévatoire de Saint-Nazaire de tout projet commercial, avant d’engager sa reconversion en un musée des industries navale et aéronautique.

38 — Favoriser la culture et l’identité de la Loire-Atlantique, le Département, fort de sa prérogative culturelle, devant appuyer les bons projets et financer davantage les associations sportives, patrimoniales, celles défendant la mémoire et l’histoire ouvrières de notre estuaire, et l’identité bretonne.

39 — Développer les relations Comité départemental du tourisme-Comité régional du tourisme de Bretagne, et mettre en valeur le caractère breton du département dans les supports de communication

40 — Soutenir les initiatives pour développer la présence de la Bretagne historique et de ses cultures à la Bibliothèque départementale, de même que, dans les collèges, développer la documentation sur l’histoire, la culture et les langues de Bretagne dans les centres de documentation et d’information (CDI).

41 — Organiser annuellement une conférence départementale des associations culturelles bretonnes.

42 — Renforcer la participation financière du département aux grandes structures culturelles travaillant sur les cinq départements bretons, dont l’Office public de la langue bretonne (OPLB).

43 — Intervenir auprès de France 3 pour rétablir la diffusion des émissions en breton en Loire-Atlantique et auprès de France bleu Loire Océan pour diffuser des émissions en breton et en gallo.

44 — Intervenir en faveur du rétablissement de l’enseignement du breton à l’Université de Nantes, demander la mise en place d’un enseignement optionnel du breton et du gallo dans les collèges du département et soutenir le développement du Réseau Diwan ainsi que l’enseignement du breton dans l’enseignement public.

► SUR CE MÊME THÈME

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *